Les 4 tendances vinicoles pour 2023

Estérel Resort| 29 novembre 2022

Mais qu’est-ce qu’on boit en 2023 ?

 

Dans le milieu vinicole, tout comme dans le milieu de la mode ou des technologies, il y a de grandes tendances : les modes de consommation et le gout des amateurs de vin évoluent au fil du temps. Voici les quatre grandes tendances du milieu vinicole pour l’année à venir.

1. Place aux vins de soif !

 

Avez-vous déjà entendu l’expression vin de soif ? Contrairement aux grands vins de garde que nous devons oublier au cellier pour quelques années, les vins de soif sont meilleurs en jeunesse. Des vins jeunes, avec plus de légèreté certes, mais insipides et ennuyeux, pas du tout ! Ce sont des vins digestes, honnêtes, frais, harmonieux, orientés sur la richesse du fruit et qui se dégustent en toute convivialité ! Ils sont parfaits pour des accords mets et vins originaux et ils s’adaptent aisément à tout genre d’expérience culinaire.

Longtemps gratifiants de grandes extractions, de longs élevages et des vins copieusement boisés, les vignerons d’aujourd’hui s’éloignent de ces pratiques. Ils explorent de nouveaux procédés ou revisitent même des techniques ancestrales, que ce soit en viticulture ou lors de la vinification. On retrouve des vins avec un taux d’alcool plus bas, des blancs tout en fraicheur et des rouges fruités, dotés de tanins soyeux et bien intégrés.

2. Les vins d’importations privées

 

De plus en plus de restaurants gastronomiques se penchent vers des cartes de vins plus évolutives et diversifiées comprenant majoritairement des vins d’importations privées. Les importations privées vous offrent un tour du monde en bouteilles avec des vins originaux, avant-gardistes, parfois hors-normes et qui ne se trouvent pas en succursale. Si vous êtes curieux, aimez déguster des produits de niche et méconnus du grand public, les vins d’importations privées satisferont votre soif de découverte !

Les agences d’importations privées valorisent le travail ardu des artisans vignerons qui produisent de plus petites quantités et qui se dissocient des vins de production de masse. Il faut savoir qu’un faible rendement est un facteur important pour la qualité d’un vin. Ces agences influencent d’autant plus les tendances de consommation en nous proposant des produits de régions ou de pays émergents.

 

3. Buvons à la santé de notre planète !

 

Dans une quête quotidienne de consommer de façon plus saine, bien des amateurs de vins se tournent de plus en plus vers les vins bios, naturels, biodynamiques ou d’agricultures raisonnées. Ces vins issus d’agriculture saine démontrent une croissance soutenue au Québec, depuis les dix dernières années. Étant mieux informés et conscients de ce qui se retrouve dans nos assiettes ou dans notre verre de vin, de nos jours, plusieurs raisons poussent les gens à consommer moins de produits contenant des pesticides et des insecticides. Bien évidemment pour des raisons environnementales, de santé et d’éthique, mais aussi pour une recherche d’authenticité des qualités organoleptiques lors de la dégustation du vin.

L’étude menée par l’IWSR (études stratégiques et analyse des tendances des boissons alcoolisées dans le monde, organisme situé à Londres) montre que les consommateurs du monde entier souhaitent voir le développement durable gagner du terrain dans le domaine vinicole. On ressent un retour aux sources de la part des vignerons et un éveil social de la part des passionnés de vin.

 

4. Les vins québécois

 

Depuis les dernières années, l’achat local a été au cœur des préoccupations des Québécois. La création et la mise en marché de produits artisanaux faits à partir d’ingrédients locaux (comme le vin, le vin de glace, l’hydromel et le cidre) ont augmenté considérablement, et ce, jusqu’à l’étiquette des bouteilles qui est imaginée et créée par des artistes québécois. Bien vu ! Car bien souvent, les consommateurs sont charmés tout d’abord par l’apparence de l’étiquette. De plus, les vins québécois sont idéals pour réussir des accords mets et vins mettant en lumière les produits de notre terroir.

Longtemps mésestimés et difficiles à mettre sur le marché, ces vins québécois ont une popularité grandissante qui mène aujourd’hui à des ruptures de stock. Pourtant, la viticulture existe depuis fort longtemps au Québec : des vignes utilisées pour la vinification du vin de messe ont été répertoriées dès les années 1700 ! Mais ce n’est qu’officiellement depuis 2018 que le gouvernement reconnait l’IGP, c’est-à-dire l’indication géographique protégée « vin du Québec ». Les vins qui affichent cette certification doivent adhérer à de rigoureux gages de qualité, provenant du cahier des charges. Enfin ! Voilà une longue bataille gagnée par nos artisans vignerons. Aujourd’hui on compte 146 vignobles étendus sur 800 hectares de vignes avec une production impressionnante de 2,5 millions de bouteilles. Tout comme les grandes régions viticoles mondiales, le Québec compte maintenant sept magnifiques terroirs viticoles à découvrir.

*source : vinduquebec.com

La cave à vin du Bistro à Champlain vous offre toutes ces options!

 

Que ce soit pour déguster des vins d’importations privées, des vins de soif ou de garde, les sommeliers à Estérel Resort sont toujours au gré des tendances vinicoles. Avec plus de 20 000 bouteilles à son actif, la cave à vin du Bistro à Champlain est l’une des plus diversifiées au Québec, bio ou non, d’ici et d’ailleurs. Vous y dégusterez des vins qui vous feront vibrer !

Soirées vinicoles à la cave à vin

 

Si vous rêvez de vivre une expérience vinicole hors du commun, les soirées vinicoles à la cave à vin du Bistro à Champlain vous offrent chaque mois la chance de découvrir des vins d’exception en compagnie de vignerons ou sommités du domaine. Un menu dégustation, créé par nos chefs, accompagné d’accords mets et vins vous sera servi dans une ambiance chaleureuse.

romance_a_hotel_esterel_laurentides