Quand l’Estérel m’initie à la planche à pagaie

Annick Gendron| 20 juillet 2017

Ma réservation est confirmée depuis un bon moment déjà. Depuis, c’est le grand décompte. J’ai tout simplement hâte de quitter ma routine quotidienne pour l’Estérel Resort. Non seulement je vais passer un merveilleux séjour dans un décor de rêve, mais la sportive en moi sera plus que comblée grâce au «Passeport activités» dont je vais profiter. Vélo, kayak, canot, tout est à ma disposition, et ce, à volonté. Je sais déjà où je passerai le plus clair de mon temps… sur ma planche à pagaie. Depuis le temps que je rêve d’en essayer, c’est l’occasion pour moi de l’expérimenter.

C’est ma mère que je décide de gâter et que j’emmène avec moi pour cette escapade. Sur la route vers l’Estérel, je ne tiens pas en place «On s’en va essayer du paddleboard! Peux-tu le croire? Depuis le temps, ENFIN!». Ma mère, beaucoup plus sereine : « Ben oui, des plans pour avoir l’air folles devant tout le monde en n’étant pas capables de se tenir debout ». Je sens son enthousiasme un peu ambigu, mais je reconnais son excitation pour toutes les autres valeurs du resort : spas, bons restaurants, suites luxueuses… Dès notre arrivée, après avoir été éblouies par la beauté du site et de notre chambre avec vue sur le lac : direction la plage du lac Dupuis. C’est l’heure de la planche à pagaie!

« Bon, comment ça marche cette affaire-là? ». Le responsable de la location rigole et répond à la question qui, selon moi, lui est posée souvent. « C’est pas compliqué. On commence à genoux et quand on se sent à l’aise, on se lève debout. C’est juste une question de balance. » D’accord! Les explications nous suffisent, nous nous aventurons à l’eau. Ma mère pose un premier genou sur sa planche et me lance un regard :« Toi là, dans quoi tu m’as embarqué? ». Hop, deuxième genou sur la planche, et c’est parti. Nous avançons lentement, au gré du calme courant.

S’ensuivent quelques minutes à pagayer à genoux et, étonnamment, nous nous débrouillons plutôt bien! Toutefois, ce n’est pas notre niveau d’aisance qui nous dicte que c’est le moment de tenter de se lever, mais bien nos genoux endoloris! C’est le signal, nous devons passer à l’étape suivante. Ma mère pose un premier pied sur sa planche, et ce, en prenant bien le temps de me lancer le même regard qu’un peu plus tôt. Hop, deuxième pied. Nous sommes debout. Certes un peu raides au commencement, mais il ne nous suffit que de quelques secondes pour réaliser que, ciel, nous sommes SOLIDES!

Nous qui pensions avoir l’air ridicules, nous sommes au contraire plutôt à l’aise. Étonnées de la stabilité des planches, nous prenons confiance très rapidement. Pour avoir essayé du kayak à plusieurs reprises, je dirais même que je me sens plus stable sur ma planche qu’en kayak! Il suffit de ne pas faire de mouvements brusques et de toujours trouver moyen de compenser quelconque instabilité. Le défi? Les vagues occasionnées par les autres bateaux présents sur le lac. Je ne peux me vanter de ma stabilité sous l’effet de celles-ci. Vaut mieux les prendre de face pour mettre toutes les chances de rester au sec de son côté.

C’est simple. Une fois parties, nous ne voulons tout simplement plus arrêter. Nous pagayons le lac entier en prenant bien soin de faire le tour de toutes les petites îles. Quand la fatigue se fait sentir, nous prenons le temps de nous asseoir ou de nous allonger sur nos planches. Prendre le temps… Bercées par le courant et réchauffées par le doux soleil, les yeux fermés, une main caressant l’eau… La belle vie.

Comme le temps file, c’est l’heure de revenir au bord. L’appréhension de notre délicieux souper au ROK agit à titre de motivation. Une belle soirée nous attend et notre merveilleuse première journée nous donne déjà hâte au lendemain. Le plan? Réveil par les rayons de soleil inondant notre suite, déjeuner buffet avec vue époustouflante sur le lac, retour aux activités sportives et délectation d’un savoureux piña colada dans les spas. Disons que nous avons déjà connu pire comme journée!

Notre initiation à la planche à pagaie a été au-delà de nos attentes. J’étais certaine que j’allais aimer, mais je suis plutôt tombée sous le charme de cette activité. Ma mère, craintive au départ, s’est découvert un plus grand intérêt au paddleboard qu’au kayak. C’est une activité accessible à tous qui mérite d’être essayée à l’Estérel, de par ses eaux calmes, ses différents types de locations disponibles (1-2-3 heures ou à volonté via le passeport activités) ainsi que pour tous les autres services offerts par le centre de villégiature.

Estérel resort, tu m’as décrochée du quotidien. Tu m’as montré l’importance de garder l’équilibre pour ne pas tomber. J’ai été #InspiréParEstérel et c’est avec impatience qu’à l’automne, je viendrai chercher inspiration à nouveau!

Annick Gendron

Kinésiologue diplômée, Annick se décrit comme suit : « C’est grâce à ma passion pour l’écriture que je prends plaisir à faire vivre toutes sortes d’aventures à mes lecteurs. Toujours en quête de moments marquants, je comble mon désir en sautant sur toutes occasions d’épanouissement. Mon large éventail d’intérêts, que ce soit dans le milieu sportif, artistique, événementiel ou touristique, m’ouvre la voie vers des histoires inspirantes à partager. »

La plume unique et captivante d’Annick nous a tout de suite séduits! Vous pourrez la découvrir dès cet été sur notre blogue. En attendant, vous pouvez déjà la suivre sur le blogue Nerds.co, pour lequel elle écrit, ou sur son compte Instagram.

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0